Histoire du bénévolat au Québec

Au tout début de la colonie existaient déjà des organismes bénévoles qui intervenaient dans le domaine social : en 1688, Mgr de Laval organisait le premier « Bureau des pauvres ».

En 1840, de nombreuses sociétés charitables complétaient à domicile le travail hospitalier. Vers 1850, ce sont les conférences Saint-Vincent-de-Paul qui procuraient de l'assistance à domicile grâce au travail de personnes bénévoles. Puis, de 1910 à 1960, la planification de l'entraide bénévole fut d'abord le fait des communautés religieuses : l'Évêché de Québec crée le « Secrétariat des Œuvres » (1910) qui s'engage à lutter contre le problème de l'alcoolisme et met sur pied les premiers syndicats ouvriers catholiques. S'ajoutent un peu plus tard, le scoutisme, une commission d'action sociale et de bien-être de l'enfance, une œuvre d'infirmières visiteuses et d'autres œuvres.

Parallèlement à ces œuvres religieuses, en 1937 est fondé le « Central Volunteer Bureau » rebaptisé en 1940 le WVS « Women's Voluntary Services » affilié au WVS britannique. Cet organisme obtient sa charte en 1947 et a pour mission d'établir un bureau pour le placement des bénévoles dans les agences sociales, dans les organismes de bienfaisance et de les diriger vers des activités communautaires afin de placer la bonne personne au bon endroit pour le bien commun.

Dans le milieu hospitalier, en 1905 l'Hôpital Royal-Victoria compte un service de dames auxiliaires et, en 1907, l'Hôpital Ste-Justine débute modestement dans un petit logement de la rue Saint-Denis grâce au travail bénévole de quelques dames ayant à leur tête madame Lacoste-Beaubien, présidente fondatrice de l'hôpital. C'est bien en grande partie grâce au bénévolat que des hôpitaux, de grande renommée aujourd'hui, ont pu voir le jour.

En 1968, le premier rassemblement des 13 centres de bénévolat mène à la fondation en 1972 de l'« Association des centres de bénévolat » rebaptisée en 1984 « Fédération des centres d'action bénévole du Québec » qui compte aujourd'hui 116 centres de bénévolat : 6 sur l'île de Montréal. Le plus ancien, le CAB de Montréal, est central, trois autres sont situés à l'ouest du boulevard St-Laurent, un autre est à Montréal-Nord et nous, depuis déjà plus de 7 ans, à Rivière-des-Prairies.

Longtemps considéré comme un geste généreux envers les défavorisés, le bénévolat d'aujourd'hui est vraiment un engagement social des bénévoles. Et, la Semaine annuelle de l'action bénévole au Québec, en avril, est un temps spécial : le temps de reconnaître l'action bénévole dans ses diverses avenues, que ce soit dans les milieux hospitaliers, communautaires, éducatifs, religieux, environnementaux, de loisirs, qu'ils s'adressent aux enfants, aux femmes, aux aînés, aux malades, etc.

Parce que les bénévoles, eux-mêmes, se font (pour la plupart d'entre eux) peu remarquer, ou reconnaître…Et pourtant, s'il fallait mettre en chiffres et dans nos budgets la valeur horaire réelle de tout le travail bénévole qui est fait, on verrait que ces sommes sont de beaucoup supérieures au coût des moyens mis à leur disposition pour travailler.